Dans notre série en trois parties, nous vous donnons des conseils sur ce que vous pouvez tirer d’un oscilloscope à mémoire moderne. La première partie traite de la structure de base du champ d’application.

Les oscilloscopes à stockage numérique, ou DSO en abrégé, doivent aujourd’hui couvrir un large éventail de scénarios de mesure différents. carte graphiqueOutre la tâche de mesure classique d’un oscilloscope, c’est-à-dire l’affichage des tensions acquises au fil du temps, il doit être aussi précis et facile à manipuler que l’analyse de données en série ou de certains scénarios de puissance. Dans notre série d’articles en trois parties, nous voulons vous donner une introduction rapide et facile à la mesure et aux fonctionnalités des DSO modernes. La première partie traite de la conception de base d’un oscilloscope : comment les signaux sont-ils échantillonnés, stockés et affichés à l’écran ?

Pourquoi une grande mémoire d’acquisition est importante ?

Les oscilloscopes actuels ont quatre entrées analogiques. Les signaux analogiques acquis sont d’abord amplifiés par un amplificateur, puis numérisés par le convertisseur analogique-numérique. Les données numériques acquises doivent maintenant être stockées dans une mémoire d’acquisition rapide et suffisamment grande.

Un amplificateur, un convertisseur A/N et une mémoire d’acquisition sont disponibles séparément pour chacun des canaux. Cela garantit que les données acquises en parallèle sont disponibles sans délai. Les données acquises dans la mémoire peuvent être utilisées par l’oscilloscope pour une variété d’applications différentes telles que la documentation, l’affichage sur l’écran ou pour des mesures et l’analyse de données.